Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oz devenir backpacker

Oz devenir backpacker

Suivez le quotidien de deux backpackers, Allan et Nico, en Australie pendant 1 an, jour après jour.


#15 Transport

Publié par Oz' devenir Backpacker sur 10 Avril 2013, 11:42am

Catégories : #Formalité

Au vu de la longueur de l’article un sommaire s’impose :

  • Acheter votre propre véhicule.
  • La relocation.
  • Si vous voyagez seul.
  • En train.
  • En avion.
    • Réservez en milieu de semaine.
  • Van, voiture ou 4x4 ?
    • Voiture.
    • Van.
    • 4x4.
  • Les papiers.
  • Où acheter ?
  • Comment acheter ?
  • L’équipement.
  • Histoires d’assurance.
  • La Registration état par état .
  • Votre moteur.

Dans chaque ville, rendez-vous dans la gare centrale afin de récupérer la carte pour les transports. Elle permet de se déplacer en bus, car, métro, train et ferry. Cette carte coûte généralement 5 dollars. Apres il vous suffit de mettre de l’argent dessus qui sera débité à chacun de vos transports. Vous devez valider en montant dans le bus mais aussi en descendant cela permet de comptabiliser votre parcours et d’enlever la somme dû de votre carte.

Si vous êtes à Brisbane vous avez aussi « The Loop », bateau gratuit toute la journée.

Ensuite vous pouvez aussi voir quand vous quittez la ville pour l’achat ou la location d’un van entre 3000 et 8000$ ou encore d’une voiture tout simple ou encore d’un 4x4.

Le site référence reste Gumtree

Et bien d’autres Need a Ride, Australia-australie.

Acheter votre propre véhicule

c’est bien sympa mais en voici les frais

  • $1500 à $3000 pour l’achat d’une voiture « station wagon »
  • $4000 à $6000 pour l’achat d’un van équipé
  • $200 à $500 pour une registration (vignette) d’un an
  • $130 pour une assurance au tiers d’un an
  • $1,30/litre pour le sans-plomb
  • $1,45/litre pour le diesel
  • $0,60/litre pour le gaz

Plus de détails après le train et l’avion.

La relocation

Il s’agit de ramener des voitures déjà louées par d’autres à leur point de départ. Du coup, le choix est limité, puisque seulement certains trajets sont disponibles à certains moments. De plus, vous aurez une limite de temps (par exemple, 3 jours pour vous rendre de Melbourne à Adélaïde) et parfois de kilométrage. Pourquoi vouloir endurer ces contraintes, alors ? Parce que la location ne vous reviendra qu’à $1/jour dans beaucoup de cas, et que les plus chanceux décrocheront même un peu d’argent de poche pour le carburant (de $50 à $300 selon les cas). Pour une liste à jour des relocations actuellement disponibles, rendez-vous sur:

Si vous voyagez seul

Et que vous voulez acheter un véhicule à plusieurs, c’est possible.

Si certains arrivent en Australie en groupe, partis en couple ou entre amis, d’autres débarquent en solitaire. Les rencontres peuvent être multiples et n’importe où surtout si vous voyagez seul. Une conversation liée en cinq minutes au coin d’un bar peut très vite se transformer en road trip entre nouvelles connaissances. Vous avez aussi les sites communautaires et les auberges de jeunesse. Vous pouvez déposer des annonces sur les panneaux d’affichage.

Ou encore en allant en venant aux réunions G’day Sundays de Paris pour trouver des compagnons de voyage avant même de partir ?

Et pourquoi pas un lift ?

Le principe du lift est simple : le(s) propriétaire(s) d’un véhicule disposant de places libres proposent d’embarquer avec eux d’autres voyageurs. Cela permet à tout le monde d’économiser une belle somme en divisant les frais d’essence entre plusieurs personnes (généralement, de 2 à 4), et c’est également l’occasion pour les « lifteurs » de pouvoir voyager dans un véhicule indépendant, quand bien même ils n’ont pas l’argent ou l’envie nécessaire à acheter le leur.

Pour sceller le marché, il faudra mettre les points sur les i à quelques questions :

  • Le partage des frais.
  • Les attentes de chacun.
  • Les dates du voyage.

En train

Sur la côte est, le Backtrackers Pass offre des trajets illimités entre Brisbane et Melbourne (dans les deux sens), ce qui vous permet de monter et descendre à volonté dans les trains et cars du réseau CountryLink. Vous pourrez donc explorer la côte (Surfers Paradise, Byron Bay), un bout de l’outback (Blue Mountains, Broken Hill) et certaines des plus grandes villes d’Australie (Brisbane, Sydney, Canberra et Melbourne) – et ce ne sont là que les destinations les plus connues. Le pass est valable sous plusieurs formules au choix : 14 jours, un mois, trois mois ou six mois. Personnellement, nous avons opté pour trois mois, au prix de $298 par tête. En petit bonus, vous trouverez dans votre pass quelques tickets gratuits pour certains trajets spécifiques couverts par CityRail (le système ferroviaire desservant Sydney et son agglomération) : un aller-retour pour Bondi Beach, un aller-retour pour Katoomba et un DayTripper (transport illimité sur tous les bus, trains et ferries de Sydney le temps d’une journée). Seule condition pour bénéficier de ce pass : posséder un passeport étranger..!

Si vous choisissez de ne pas prendre le pass, essayez de planifier votre itinéraire afin de pouvoir réserver vos billets deux semaines à l’avance : c’est le meilleur moyen d’en diminuer le prix de moitié.

Enfin, n’oubliez pas les provisions. Aller de Brisbane à Sydney en train, c’est long. La nourriture de train en Australie est exactement la même qu’en France, c’est-à-dire, super chère.

En avion

Tout d’abord, ne serait-ce que pour la Tasmanie qui est une étape incontournable du voyage et cela revient moins cher par les airs que par la mer. Et selon votre trajet sur le continent, ça peut servir.

Si vous voulez prendre des vols interne en Oz, les billets les moins chers, c’est avant tout avec JetStar ou Tiger Airways : tout simplement parce que leurs tarifs sont perpétuellement les meilleurs! Virgin Blue est l’autre compagnie économique, généralement plus chère que JetStar, mais elle propose chaque jour quelques offres spéciales sur son site : si vous vous connectez entre midi et 13h (à l’heure de Sydney), la page d’accueil vous donnera une petite sélection de deals à prix réduits.

Ne vous reste plus qu’à comparer chacune de ces trois compagnies pour les destinations et les dates qui vous intéressent !

Attention, un point à vérifier lors de vos recherches : certains tarifs des compagnies low-cost sont classifiés “carry-on only”, ce qui signifie que seul le bagage cabine est autorisé, rien ne sera pris en soute !

Enfin, si vous comptez prendre l’avion pour une destination hors-Australie, faites attention : généralement, les prix proposés n’incluront pas les taxes (contrairement aux prix des vols internes affichés toutes taxes comprises), hors celles-ci sont assez élevées ! A titre d’exemple, un billet pour la Nouvelle-Zélande, le prix affiché, chez Virgin, de 225$.. Hors-taxes. Une fois les taxes comprises, le prix est de 329$. Il est donc toujours très intéressant de prendre soin de tout lire, et de comparer avec la concurrence : dans ce cas de figure, chez Emirates, il proposait un billet à 215$, TTC. Comme quoi, ce ne sont pas toujours les compagnies dites économiques qui font les meilleurs prix.

Réservez en milieu de semaine

Si vous voulez avoir les billets les moins chers, pensez à partir en milieu de semaine, et non en début/fin de week-end ! On peut ainsi facilement économiser 30$/personne.

Attention ! Vu le prix dérisoire de votre billet chez JetStar, ne comptez pas avoir des repas, boissons et autres bonus inclus ! Tout est optionnel, et à bord il vous en coûtera cher pour vous nourrir, boire ou regarder un film sur un petit lecteur DVD portable. Comme pour le train, prévoyez donc d’avoir mangé avant, ou d’apporter un snack avec vous.

Si vous choisissez l’option d’achat votre véhicule, c’est surtout pour voir l’Australie en détails. Très rare sont les transports en commun qui mène aux parcs nationaux. L’option des transports en commun reste pour les citadins.

Posséder un véhicule vous rendra totalement indépendant et libre ainsi que d’économiser pas mal d’argent au niveau logement : il suffit de dormir dedans ! Les vans sont le choix le plus évident pour cela, mais il est également possible de le faire en voiture ou en 4×4..

Van, voiture ou 4x4 ?

Tout dépendra de certains critères :

  • vos besoins.
  • le prix d’achat.
  • la consommation d’essence.

La voiture est sans aucun doute la solution la plus économique des trois, puisqu’elle est la moins chère à acheter (entre 1000$ et 2500$) et consommera le moins d’essence (6-10 litres au 100). Pour pouvoir y dormir dedans, il vous faut chercher des stations wagons, un break. Ne reste qu’à baisser ou enlever les sièges, jeter un matelas dessus et hop ! C’est parti.

Le van est la solution la plus populaire : plus cher (entre 3000$ et 6000$), moins économique niveau essence (10-14 litres au 100) mais aussi plus confortable. Non seulement il y a davantage de place, mais vous pouvez également trouver un van tout équipé qui peut se configurer en position jour (table et banquettes) et nuit (lit deux places), en plus de proposer cuisinière, frigo et évier. Les modèles pop-top et hi-top vous permettront également de vous tenir debout à l’intérieur, puisque le toit se lève (pop-top) ou est naturellement haut de plafond (hi-top).

Enfin, le 4x4 est la solution la plus onéreuse : comptez (entre 3500$ et 7000$) pour en faire l’acquisition, et attendez-vous à consommer environ 15 litres au 100 (davantage sur les mauvaises pistes où vous utiliserez véritablement ses capacités tout-terrain). Les 4×4, s’ils ont le cul assez long, peuvent être aménagés de la même façon qu’une station wagon, sinon il vous faudra planter la tente à côté. En revanche, le gros avantage du 4×4 c’est qu’il vous permettra de passer partout. En avez-vous besoin ? C’est à vous de voir. Il y a déjà des tonnes de choses à faire sans 4×4, celui-ci vous permettra simplement “d’aller plus loin”. Sur la côte est, il parait superflu de se munir d’un véhicule tout-terrain. En revanche, le nord et l’ouest du pays, plus sauvages, proposent des routes intéressantes réservées aux 4×4..

Pour clôturer cette section, un petit lien vers le Green Vehicles Guide : ce site mis en place par le gouvernement australien vous permettra de comparer la consommation d’essence d’un grand nombre de véhicules.

Les papiers

Le permis international, le principal à obtenir avant votre départ.

Mais pour votre véhicule il faudra une registration (“rego”) et peut-être passer un contrôle technique (chaque état lui donne un petit nom différent : Pink Slip, Roadworthy Certificate, Safety Certificate, Vehicle Inspection..). L’Australie est composée de 8 états différents.. Qui ont tous des règles différentes ! Les procédures à suivre et les prix varieront donc selon l’état dans lequel est immatriculé votre véhicule..

Les trois points clés :

  • le prix du rego.
  • nécessité ou non de passer le contrôle technique.
  • savoir comment se passe le renouvellement de rego.

Clarifications des variations sur ce dernier point : selon l’état, vous pourrez renouveler votre rego par tranches de 3 mois, ou seulement par année entière. De plus, certains états vous permettent de renouveler en ligne ou par courrier, tandis que d’autres vous demandent d’être présent en personne.. Imaginez la galère si vous vous trouvez à des milliers de kilomètres de là !

L’argument financier n’est pas négligeable non plus, puisqu’une registration pour un an peut vous coûter de 200$ à 900$ selon l’état et le véhicule : une sacrée marge de différence !

Où acheter ?

Vous pouvez soit vous rendre à un marché aux voitures d’occasion (car market, le plus célèbre est celui de Kings Cross à Sydney), soit faire les petites annonces : dans ce dernier cas, plus que les journaux, visiter les auberges de jeunesse du coin. La plupart d’entre elles disposent d’un tableau d’affichage dans l’entrée.. Vous pourrez également trouver des annonces en ligne sur des sites tels que Gumtree, Trading Post ou la section Petites Annonces du forum Australia-Australie (ce dernier choix vous permettant d’avoir affaire à des vendeurs francophones, un plus si vous ne parlez pas/peu anglais).

Comment acheter ?

Lorsque vous rencontrez un vendeur, commencez par inspecter le véhicule :

  • Y’a-t-il de la rouille ?
  • Les différents liquides sont-ils à niveau ?
  • Les durites (tuyaux) sont-elles endommagées ?
  • Les courroies sont-elles bien tendues ?
  • Est-ce que toutes les fenêtres, les portes, les serrures, les ceintures de sécurité fonctionnent ?
  • Les pneus ont-ils l’air très usés ?
  • Y’a-t-il une roue de secours, et est-elle gonflée ?
  • Demandez au vendeur de faire démarrer son véhicule, et regardez si le pot d’échappement dégage de la fumée.

Tout ceci fait, passez à la conduite :

  • Testez les freins.
  • Les virages dans les deux sens.
  • Les différentes vitesses.
  • Les phares et les clignotants.
  • Regardez si les jauges d’essence et de température semblent fonctionner normalement.
  • Entendez-vous des bruits suspects ?

Les réponses à toutes ces questions et les résultats de toutes ces vérifications vous donneront une idée de l’état de la voiture ou du van. Bien sûr, n’oubliez pas qu’il s’agira d’un vieux véhicule : tout ne sera pas parfait (quelques taches de rouille sont tolérables, de même qu’une légère fumée pâle au démarrage, par exemple), à vous de faire la part des choses.

L’équipement

Vous pouvez acheter votre van vide, tout équipé ou toute autre variante entre ces deux extrêmes. Evidemment, c’est tout de même plus simple s’il y a déjà au moins un lit dedans monté sur une base afin de libérer de l’espace de stockage en dessous. Laissons les détails des vans tout équipés, après tout, ils sont prêts à partir ! Votre liste d’achat pour équiper votre van vide :

  • Un petit réchaud à gaz pour cuisiner. Certains fonctionnent avec une bouteille en fonte (plus encombrante mais plus économique), d’autres avec des canettes de gaz. Le réchaud à canettes coûte environ 30$. Un pack de 4 canettes de gaz vous reviendra 10$, et durera plus ou moins deux semaines.
  • Un bidon en plastique de 20 litres pour stocker votre eau potable à 25$.
  • Un set de LED lights pour vous éclairer : le pack de 6 coûte 10$.
  • Un atlas routier. Il s’agit là d’un bouquin de cartes détaillées, plus cher mais préférable à une simple grande carte en papier du pays à 15$.
  • Casserole, poêle, couverts et couvertures.
  • Un adaptateur lecteur mp3 ou baladeur CD : ce n’est pas indispensable, mais c’est agréable de pouvoir se passer de la bonne musique quand on conduit beaucoup..

Et le frigo alors ?

Les vans tout équipés offrent souvent un frigo.. Très bien, mais loin d’être indispensable : ne vous prenez pas la tête avec ça si vous n’en avez pas ! Evitez simplement d’acheter des produits facilement périssables, lait ou fromage doivent être consommés dans les 2/3 jours, la viande le jour même : régalez-vous de fruits et de légumes, faites le stock de muesli pour le petit-déjeuner et n’oubliez pas ces choses merveilleuses que sont le riz et les nouilles ! Le tout sera facilement stocké dans une caisse sous votre lit, c’est à dire à l’ombre : ne laissez pas traîner au soleil !

Histoires d’assurance

Deux points à retenir :

  • vous êtes automatiquement couvert en cas de blessure à un tiers (si vous renversez quelqu’un) : cette assurance est comprise dans votre Registration
  • toute autre assurance (dégâts matériels, vol, incendie..) est facultative – à vous de choisir d’en contracter une ou non

N’oubliez pas également l’existence de l’assistance dépannage : en souscrire une vous donnera droit notamment à être remorqué gratuitement jusqu’au garage le plus proche. Un atout non-négligeable quand on connaît le prix de ce genre d’opération..

Chaque état dispose de son propre organisme d’assurance et d’assistance dépannage. Ces organisations ont des accords entre elles, afin d’être secouru à l’échelle nationale. Les réseaux sont :

  • NRMA (New South Wales et ACT)
  • RACQ (Queensland)
  • RACV (Victoria)
  • RAA (South Australia)
  • RAC (Western Australia)
  • RACT (Tasmanie)
  • AANT (Northern Territory)

Chacun de ces réseaux applique ses propres tarifs et conditions, et nous vous invitons donc à consulter le site qui vous concerne pour plus de précisions.

Petit lexique vous permettant de mieux déchiffrer les différentes couvertures :

  • third party : assurance au tiers.
  • third party, fire and theft : assurance au tiers avec option vol et incendie.
  • comprehensive : assurance tous risques.
  • roadside assitance : assistance dépannage.

N’oubliez pas de faire un devis en ligne !

La Registration état par état

Avant tout, établissons des constantes :

  • Votre véhicule doit impérativement avoir une Registration
  • Celle-ci est associée à un état en particulier, mais n’en est pas moins valable à l’échelle nationale : inutile de changer de rego quand vous changez d’état, heureusement!
  • Pour remplir les papiers, vous aurez besoin d’une adresse dans l’état auquel est associée votre rego (l’adresse d’une auberge ou d’un caravan park peut convenir)
  • Il est possible de changer l’état dans lequel est enregistré votre véhicule si nécessaire (exemple : vous venez d’acheter un véhicule du NSW, mais vous êtes en ce moment à Adélaïde..). Pour cela, il vous faudra le ré-immatriculer (frais de l’ordre de 50$) et payer une nouvelle rego associée à votre nouvel état.

Passons maintenant aux détails du rego dans chaque état. Attention, notez bien que certains états déterminent le coût de la registration par rapport au poids du véhicule ou au nombre de cylindres.

En conséquence, n’hésitez pas à explorer les sites officiels plus en détails, voire à passer un coup de fil pour mieux vous renseigner si vous n’arrivez pas à y voir assez clair !

Australian Capital Territory

  • Rego renouvelable pour 3 mois, 6 mois ou un an.
  • Pas de contrôle technique au moment du renouvellement, à part pour les véhicules marchant au LPG,
  • Contrôle technique (Vehicle Inspection) obligatoire lors du changement de propriétaire, coût : 50$.
  • Le coût du rego dépend du poids de votre véhicule : on vous demandera entre 600$ et 760$ pour un an.

Site officiel : Road Transport Authority.

New South Wales

  • Rego renouvelable pour un an uniquement.
  • Contrôle technique (Pink Slip ou e-Safety Check) obligatoire lors du renouvellement.
  • Le rego est renouvelable en ligne.. Mais seulement si vous avez passé l’e-Safety Check, qui lui ne peut s’obtenir que dans un garage agrégé du NSW ! Sachant qu’il n’est valide que durant 42 jours.. Autant dire qu’il faut être dans l’état pour renouveler son rego !
  • Le coût du rego varie selon le poids du véhicule : entre 215$ et 380$.
  • L’assurance au tiers (Compulsory Third Party ou CTP ou encore Green Slip) qui est encore plus variable : de 350$ à 600$ selon l’âge du conducteur et celui du véhicule, votre région, etc..
  • Au final, en additionnant les deux, attendez-vous à devoir payer entre $500 et $900 pour un an de rego.

Site officiel : Roads and Traffic Authority.

Northern Territory

  • Rego renouvelable à l’année uniquement.
  • Rego renouvelable en ligne si votre Roadworthy Certificate est toujours valide.
  • Contrôle technique (Roadworthy Certificate) obligatoire au renouvellement si le véhicule a plus de 10 ans.
  • Le coût de la rego dépend de votre cylindrée.

Site officiel : Motor Vehicle Registry.

Queensland

  • Rego renouvelable pour 6 mois ou un an.
  • Contrôle technique (Safety Certificate) obligatoire au moment de l’achat/vente.
  • Rego renouvelable en ligne.
  • Le coût de la rego dépend de votre cylindrée : entre $206 et $568 pour l’année.

Site officiel : Queensland Transport.

South Australia

  • Rego renouvelable pour 3 mois ou un an.
  • Rego renouvelable en ligne.
  • Pas de contrôle technique (Roadworthy Inspection) à part dans des cas particuliers qui ne vous concerneront sûrement pas (exemple : bus avec plus de 13 sièges, véhicule dont le nombre de pneus a été modifié, etc..).
  • Le coût du rego prend en compte le poids, la cylindrée, la valeur du véhicule.. vous pouvez utiliser ce calculateur en ligne pour déterminer la vôtre.

Site officiel : Transport SA.

Tasmania

  • Rego renouvelable pour 6 mois ou un an.
  • Pas de paiement en ligne, il faut être dans l’état.
  • Pas de contrôle technique.
  • Un an de rego vous coûtera entre $500 et $600 selon votre cylindrée.

Site officiel : Departement of Infrastructure, Energy and Resources.

Victoria

  • Rego renouvelable pour un an uniquement.
  • Rego renouvelable en ligne.
  • Contrôle technique (Roadworthy Certificate) obligatoire à l’achat/vente.
  • Un an de rego vous coûtera entre $485 et $575 selon votre code postal (Melbourne est plus cher que la campagne, choisissez bien votre adresse..).

Site officiel : VicRoads.

Western Australia

  • Rego renouvelable pour 6 mois ou un an.
  • Rego renouvelable en ligne.
  • Pas de contrôle technique.
  • Le coût du rego dépend du poids du véhicule : entre $200 et $400.

Site officiel : Department of Planning and Infrastructure.

Votre moteur

Exemple de moteur de station wagon (une Ford Falcon). Evidemment, tout ne sera pas exactement à la même place, ou n’aura pas exactement la même tête, selon le type de véhicule que vous avez choisi, sa marque et son modèle..

Dans le cas de la Falcon, ouvrir le capot, c’est simple : on tire sur le levier situé sous le volant, le capot s’entrouvre. Il faut alors enlever le safety catch pour ouvrir entièrement le capot :

  • Mettez-vous en face et bien au centre, glissez vos doigts en-dessous et tâtez jusqu’à trouver “un truc à tirer”. La sécurité est enlevée, le capot peut être ouvert en grand ! Voilà ce que vous y verrez :

Si vous avez un van, bien sûr. Le moteur se trouve simplement sous un des sièges à l’avant, il suffit donc de le soulever. Par ailleurs, alors que le moteur du station wagon ou du 4x4 à tout sous le capot, le van à d’autres trappes qui se cachent dans les recoins et contiennent certaines pièces comme la batterie ou le liquide de freinage.. Il va falloir chercher !

D’eau et d’huile

Les pièces qui ont besoin d’eau, c’est à dire : le radiateur (radiator) et la batterie (battery). Le premier semble couler de source, puisque c’est le radiateur qui gère le refroidissement de votre moteur, le second déjà moins..

Attention : hors mention du contraire, on effectue toutes les manipulations quand le moteur est à froid !

Pour le radiateur :

  • Dévissez le bouchon du réservoir et jetez un œil à l’intérieur.
  • Si le niveau atteint la marque “Full” sur le côté du radiateur, c’est bon.
  • Sinon, c’est qu’il faut en rajouter jusqu’à ce niveau : on prend une bouteille d’eau et on verse !

Notez qu’il est recommandé d’utiliser un mélange d’eau et de liquide de refroidissement (coolant) pour une meilleure performance, mais de l’eau seule fait l’affaire si vous n’avez rien d’autre sous la main ou pas envie de dépenser..

Quant à la batterie :

  • Il vous suffit de dévisser chacun des petits bouchons (jaunes sur notre image) et regarder à l’intérieur.
  • Si vous y voyez seulement la surface lisse de l’eau qui vous renvoie votre reflet, c’est bon.
  • Sinon, c’est qu’il faut rajouter de l’eau. Allez-y doucement pour ne pas en mettre trop : dès que la surface est lisse, arrêtez-vous.

Ne pas remplir à ras-bord ! D’ailleurs, ne remplissez jamais rien à ras-bord : un trop-plein de liquide peut s’avérer tout aussi nocif qu’un manque..

Au tour de l’huile.. Cette fois, une seule pièce de concernée : le réservoir d’huile.

Par contre, la méthode de vérification n’est pas la même :

  • N’allez pas dévisser le bouchon pour regarder à l’intérieur.
  • Mais cherchez plutôt une petite “pipette” qui dépasse des tréfonds du moteur.
  • Retirez là de son logement tranquillement, et essuyez le bout avec un chiffon.
  • Regardez le bout en question tant qu’à faire : vous verrez qu’il y est indiqué “low” (niveau bas) à l’extrémité, et “full” (plein) un peu plus haut.
  • Une fois que vous l’avez essuyé, replongez-le là où vous l’avez pris.. et sortez le à nouveau pour regarder jusqu’à où l’huile a recouvert le bout : si c’est à “low”, il faut en rajouter. Si c’est “full”, vous êtes bon !

Pour rajouter de l’huile, évidemment, cette fois on dévisse le bouchon du réservoir et on verse directement dedans. Prenez soin d’acheter l’huile qui convient à votre moteur (par exemple, il y a de l’huile spéciale pour les diesels, etc.) !

Des liquides multicolores

Des éléments-clé de votre véhicule utilisent en effet des liquides spéciaux pour fonctionner : les freins, la direction assistée et la transmission ont tous besoin de faire le plein.

Le liquide de freinage (brake fluid) se trouve dans un petit container en plastique. Sur le côté, des marques “Max” et “Min” (ou “Full” et “Low”, etc.) vous indiquent s’il y a besoin d’en rajouter. En principe, le niveau du liquide ne doit pas bouger.. Evidemment, si pour une raison ou une autre, vous vous retrouvez à sec, les freins ne fonctionneront plus !

Le liquide de transmission (transmission fluid) se vérifie par le biais d’une petite pipette semblable à celle du niveau d’huile, mais qui se trouve plus près de l’habitacle. Vous pouvez donc vérifier le niveau de la même façon que pour l’huile, à une différence près : cette vérification s’effectue quand le moteur a un peu chauffé, donc faites le tourner un petit moment avant de procéder. Notez que cette étape concerne uniquement les possesseurs d’une voiture à boîte automatique !

Le liquide de la direction assistée (power steering fluid) est également simple à vérifier. Dévissez le bouchon : il se prolonge d’une tige qui fait trempette dans le liquide. Sur la tige, vous verrez des marques “Low” et “Full” comme sur les pipettes, qui vous diront si vous devez rajouter du liquide ou non. Sans lui, il deviendrait assez difficile de tourner le volant..

Mais encore..

N’oubliez pas que même si vous ne savez pas réparer vous-mêmes, ne serait-ce que remarquer un problème peut vous permettre d’apporter la voiture au garage pour réparation avant de tomber en rade au milieu du désert..

Le filtre à air (air filter) fait respirer votre moteur.. Pour y accéder, il vous faudra sans doute une paire de pinces pour desserrer les “écrous” qui maintiennent le couvercle du filtre en place. Une fois le couvercle enlevé, vous aurez accès au filtre de carton/papier lui-même. Soulevez-le pour l’inspecter à la lumière. S’il semble à peu près propre, tout va bien, vous pouvez le ranger. S’il est très poussiéreux et complètement dégueulasse, c’est qu’il faut le changer..

Jetez un coup d’œil aux courroies (belts) tant que vous y êtes : elles doivent être en bon état (et non en voie de désintégration..) et bien tendues. Vous pouvez également vérifier les différents joints (hoses) qui sortent d’un peu partout.

Prenez également soin de contrôler la pression de vos pneus (tyre pressure) : des machines pour vérifier le niveau et remettre de l’air dedans au besoin sont en libre-service dans la plupart des stations essence. Des pneus correctement gonflés vous économisent du carburant ! La pression idéale varie selon le véhicule, demandez donc son avis au mécano du coin.

#15 Transport
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents