Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Oz devenir backpacker

Oz devenir backpacker

Suivez le quotidien de deux backpackers, Allan et Nico, en Australie pendant 1 an, jour après jour.


#Sauriez-vous sauver un petit marsupial en Australie ?

Publié par Oz' devenir Backpacker sur 11 Janvier 2013, 22:17pm

Catégories : #Article

C’est une question qui peut surprendre et pourtant, si vous partez en Australie, elle pourra s’avérer très concrète pour vous ! En Australie, le sauvetage des petits marsupiaux est en effet un sujet souvent abordé car il est fréquemment nécessaire d’y avoir recours.

Les marsupiaux, vous le savez, ont tous une poche ventrale dans laquelle se trouvent les mamelles de la maman et qui permet aux petits de terminer leur développement embryonnaire.

Mais voilà, les accidents de la route entraînant la mort de marsupiaux sont assez fréquents et c’est dans ces situations-la qu’il est utile de savoir quoi faire !

Un marsupial peut parvenir à survivre jusqu’à 5 jours dans la poche de sa mère une fois qu’elle est décédée alors si vous apercevez un kangourou, un koala, un wombat ou tout autre marsupial blessé ou mort, il est important de ne pas simplement passer à côté !

Il convient, dans un premier temps, de prendre des précautions. Un kangourou blessé peut sérieusement vous faire mal surtout si vous cherchez à lui prendre son petit. Approchez-vous pour voir comment se porte l’animal et, en cas de réaction agressive, contactez rapidement un centre d’accueil pour marsupiaux.

Si l’animal est mort, vérifiez toujours sa poche ventrale. Il n’est vraiment pas rare d’y trouver une petite boule de poil. Si c’est le cas, voici ce qu’il convient de faire :

  • Sortir le petit de la poche. Si la maman est morte depuis un moment, il se peut que la poche soit très peu accessible. Dans ce cas, il est recommandé de positionner le marsupial sur le dos, de soulever sa poche le plus possible, d’y insérer sa main et de découper la poche avec des ciseaux, en faisant bien attention de laisser sa main entre le petit et les ciseaux.

  • Une fois le petit accessible, soulevez-le. Notez que si le marsupial est vraiment jeune, ses lèvres seront liées à la mamelle de sa mère. Vous devrez donc doucement découper la mamelle, le plus près possible du corps de la maman pour ne pas blesser le petit, qui aura la mamelle dans la bouche lorsque vous le sortirez.

  • Pensez donc toujours à avoir une paire de ciseaux avec vous. Mais si vous n’en avez pas, que convient-il de faire ? Enveloppez le petit avec vos mains et poussez très doucement sur le côté de sa bouche pour qu’elle lâche la mamelle. Cette action peut blesser le marsupial, il convient donc d’être très doux.

  • Avant de retirer le petit de la poche, munissez-vous d’un vêtement ou une serviette que vous allez placer autour de lui avant de le soulever. Cela donnera l’odeur de la maman au vêtement et aidera le petit à s’acclimater une fois sorti de la poche. En revanche, si la maman est décédée il y a un moment et que l’odeur est vraiment forte et désagréable, il est préférable de sortir le petit et de le placer dans une serviette ou un vêtement qui ne portera pas cette odeur.L

  • L’étape suivante consiste à placer le petit dans un environnement assez chaud. Plus il est petit et peu velu, plus il a besoin de couches pour se réchauffer.

  • Si vous avez préalablement découpé la mamelle, attachez-la, avec une épingle par exemple, à la serviette ou au vêtement qui entoure le petit afin qu’il ne risque pas de l’avaler. Bien sûr, pensez à placer la partie épaisse de l’épingle à l’extérieur de la serviette ou du vêtement car la peau d’un petit marsupial est extrêmement fragile. Après quelques heures, le petit devrait lâcher la mamelle.
  • En attendant de rejoindre un centre d’accueil pour petits marsupiaux, vous devez absolument garder le petit au chaud. Tous les marsupiaux n’ont pas besoin de la même chaleur mais essayez de le maintenir à environ 28 degrés. Il ne faut pas trop l’exposer à la chaleur non plus, c’est délicat ! Vous pouvez utiliser une bouteille d’eau chaude que vous placez entre la serviette et le marsupial par exemple.
  • Si vous n’avez rien pour le réchauffer, plusieurs options s’offrent à vous : placez le marsupial dans un endroit assez chaud où il ne sera pas dans un courant d’air. Il est recommandé de recouvrir le petit d’une serviette, par exemple, afin qu’il fasse sombre et qu’il se sente en sécurité. L’autre option, sans doute celle qui semble la plus chaleureuse, est de placer le marsupial sur votre torse/poitrine, entre votre peau et votre vêtement. Cela aura un double avantage : le marsupial bénéficiera de la chaleur de votre corps (qui correspond plutôt bien à ses besoins) et le rythme de votre cœur le rassurera.
  • Emmenez la boule de poil dans un centre de sauvetage des petits marsupiaux ou, à défaut, dans une clinique vétérinaire ou un commissariat. Des personnes sont spécialisées pour sauver ces orphelins qui ont besoin de soins particuliers, il est important de leur confier cette tâche !

  • Pour plus d’informations sur les animaux que vous pourrez voir une fois en WHV et les meilleurs endroits pour pouvoir les observer, consultez le dossier Les animaux d’Australie.

    Et pour terminer, voici quelques-uns des centres d’accueil pour marsupiaux (mais pas seulement). Cette liste pourra vous intéresser si vous sauvez, vous-même, un petit ou si vous souhaitez visiter et/ou faire du bénévolat dans l’un de ces centres.

  • Kimberley Wildlife – Broome, Australie occidentale
  • Baby Kangaroo Rescue Centre – 11 Colonel Rose drive, Alice Springs, Territoire du Nord
  • Kangaloola Wildlife Shelter – Yackandandah, Victoria
  • Wild Australia – Victoria
  • Pine Rivers Koala Care Association – Strathpine, Queensland
  • Jirrahlinga – Barwon Heads, Victoria

  • Cette liste n’est, bien sûr, pas exhaustive ! Beaucoup d’autres centres existent pour les marsupiaux, les animaux de compagnie, les oiseaux etc.

Source : pvtistes.net

#Sauriez-vous sauver un petit marsupial en Australie ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents